Carninomes bronchique neuro-endocrines à grandes cellules
Modalités thérapeutiques

Radiosensibilité des CNEGC

Recommandations : CNEGC de stades IA à IIIA résécables

Pour les stades I, II, IIIA résécables :

  • La preuve anatomopathologique du caractère endocrine doit être formelle,
  • La réalisation d’une TEP et d’une imagerie cérébrale est nécessaire pour le staging exact,
  • La résection chirurgicale doit être proposée dans les stades I et II,
  • Une chimiothérapie adjuvante doit être proposée pour les stades IB, II et IIIA : 4 cycles à base de sels de platine et étoposide, si l’état du patient le permet,
  • Pour les pN2, la radiothérapie post-opératoire doit être discutée par analogie aux cancers à petites cellules,
  • Les stades N2 « cliniques » doivent être prouvés (preuve histologique) et l’intérêt d’une résection chirurgicale doit être discuté en RCP.

Recommandations : CNEGC de stades IIIA non résécables et IIIB/C

Pour les stades IIIA non résécables, IIIB et IIIC, le traitement combiné par chimiothérapie (Sels de Platine Etoposide) et radiothérapie concomitante ou séquentielle d’au moins 60 Gy (en fonction de la masse tumorale et de l’état clinique du patient) est recommandé.


Quel type de Chimiothérapie ?

Recommandations

L’utilisation d’une chimiothérapie à base de sels de platine et d’étoposide est recommandée en première ligne.
Le Pemetrexed n’est pas recommandé.

Option

Chimiothérapie de type CBNPC (platine + taxanes ou Gemcitabine) notamment en cas de conservation d’activité du gène RB1 dans la tumeur (ou présence de mutations KRAS et/ou STK11).


Traitement des stades métastatiques :

Recommandations : Stades métastatiques / 1ère ligne

La chimiothérapie de 1ère ligne des stades métastatiques doit être à base de sels de platine avec des arguments pour une association « de type petites cellules » avec étoposide (14,69,71).

Option

La chimiothérapie à base de sels de platine-taxanes ou gemcitabine peut néanmoins être une alternative, notamment en cas de conservation de l’activité du gène RB1 dans la tumeur ou présence de mutations KRAS / STK11 (29,30,58).

 

Recommandations : Stades Métastatique / 2ème ligne

L’indication de chimiothérapie de 2ème ligne doit être discutée au cas par cas en RCP.
L’utilisation du Pemetrexed n’est pas recommandée.
L’inclusion dans les essais thérapeutique doit être privilégiée.


Voir le référentiel

Références

14. Naidoo J, Santos‐Zabala ML, Iyriboz T, Woo KM, Sima CS, Fiore JJ, et al. Large Cell Neuroendocrine Carcinoma of the Lung: Clinico‐Pathologic Features, Treatment, and Outcomes. Clin Lung Cancer. sept 2016;17(5):e121-9.

29. George J, Walter V, Peifer M, Alexandrov LB, Seidel D, Leenders F, et al. Integrative genomic profiling of large‐cell neuroendocrine carcinomas reveals distinct subtypes of high‐grade neuroendocrine lung tumors. Nat Commun. 13 2018;9(1):1048.

30. Derks JL, Leblay N, Thunnissen E, van Suylen RJ, den Bakker M, Groen HJM, et al. Molecular Subtypes of Pulmonary Large‐cell Neuroendocrine Carcinoma Predict Chemotherapy Treatment Outcome. Clin Cancer Res. 1 janv 2018;24(1):33-42.

58. Derks JL, van Suylen RJ, Thunnissen E, den Bakker MA, Groen HJ, Smit EF, et al. Chemotherapy for pulmonary large cell neuroendocrine carcinomas: does the regimen matter? Eur Respir J. juin 2017;49(6).

69. Fasano M, Della Corte CM, Papaccio F, Ciardiello F, Morgillo F. Pulmonary Large‐Cell Neuroendocrine Carcinoma: From Epidemiology to Therapy. J Thorac Oncol. août 2015;10(8):1133-41.

71. Pellat A, Wislez M, Svrcek M, Hammel P, Afchain P, André T. [Therapeutic management of poorly differentiated neuroendocrine lung tumors and neuroendocrine carcinomas of the digestive system]. Bull Cancer. oct 2016;103(10):880-95.