Tumeurs carcinoïdes
Diagnostic anatomopathologique

L’analyse histologique de ces tumeurs a un intérêt majeur, car elle permet à la fois d’établir le diagnostic et le pronostic. En effet, les seuls critères distinctifs actuellement connus permettant la stratification des patients selon la prédiction de la survie sont l’index mitotique et/ou l’existence d’une nécrose focale, ce qui permet de séparer les CT de bon pronostic des CA de plus mauvais pronostic.

Basée uniquement sur des critères histologiques, la distinction entre CT et CA ne peut se faire avec certitude que sur la pièce opératoire de la tumeur primitive. Elle est beaucoup plus hasardeuse sur de simples biopsies bronchiques et a fortiori sur du matériel cytologique. C’est la raison pour laquelle le terme « tumeur carcinoïde NOS » a été introduit dans la nouvelle classification OMS 2021, afin de nommer une tumeur carcinoïde à partir de petites biopsies ou en cas de tumeur carcinoïde métastatique. L’index mitotique, la présence/absence de nécrose et l’index Ki-67 doivent néanmoins être décrits pour ces tumeurs métastatiques.

L’utilisation de l’index de prolifération Ki-67, validée en routine pour la classification des TNE digestives, n’est actuellement pas indispensable pour distinguer les CT des CA, mais il peut être utile pour les différencier des NNE de haut grade (CNEGC et CPC) sur des fragments biopsiques de petite taille. L’OMS propose, sur avis d’expert, de retenir en général un seuil d’index de prolifération Ki-67 inférieur à 5 % dans les CT et inférieur à 30% dans les CA (1).

Histologiquement, il s’agit de tumeurs à architecture organoïde associant des aspects insulaires, trabéculaires ou des pseudo-rosettes. La taille des nucléoles et le pléiomorphisme sont plus marqués dans les CA, mais ceci ne représente pas un critère différentiel. Dans les deux types de tumeurs, le stroma est richement vascularisé et présente parfois des transformations hyalines et des dépôts amyloïdes. Les calcifications et ossifications sont rencontrées dans 10 à 25% des cas. Sur le plan ultra-structural, les deux types de carcinoïdes contiennent de nombreux granules neuro-sécrétoires à corps denses aisément identifiables en microscopie électronique, qui n’est toutefois pas un examen à réaliser en routine.

En immunohistochimie, les carcinoïdes expriment les cytokératines, comme les autres tumeurs épithéliales bronchiques. Les marqueurs neuroendocrines sont présents dans tous les carcinoïdes. Les plus utilisés pour le diagnostic sont la chromogranine A, la synaptophysine, ainsi que NCAM/CD 56, exprimé par tous les carcinoïdes, alors qu’il ne l’est pas dans les adénocarcinomes papillaires et les hémangiomes sclérosants qui peuvent présenter des difficultés de diagnostic différentiel. En revanche, le Thyroid Transcription Factor 1 (TTF1) est nettement moins fréquemment exprimé par les tumeurs carcinoïdes (souvent positif en cas de tumeur périphérique, souvent négatif en cas de tumeur centrale), que par les CNEGC et les CPC (99). Il semble également que les tumeurs carcinoïdes bronchiques n’expriment pas (11) ou rarement (100) le PD-L1.

La présence d’une dissémination aérogène (ou STAS pour Spread Through Air Spaces) est corrélée à un haut grade, un Ki67 élevé, une angioinvasion et un statut N+ (ces critères histologiques devant figurer dans un compte rendu de résection) (101,102). La valeur pronostique de marqueurs comme le CD44, OTP (marquage nucléaire) (103) ou encore de Ki67 est à confirmer (104).

La recherche de MGMT (méthyl-guanine methyl transférase) en immunohistochimie sur la tumeur pourrait aider à la détermination de la stratégie thérapeutique dans l’avenir (la surexpression est un facteur de moindre réponse aux alkylants en cancérologie neurologique). L’analyse de la méthylation du gène semblerait plus pertinente dans les TNE digestives (la méthylation de MGMT pourrait être un facteur prédictif de réponse aux alkylants) (105).

L’analyse en biologie moléculaire des tumeurs carcinoïdes retrouve une charge mutationnelle bien plus faible (<1Mut/Mb) (106) que dans les CNEGC et les CPC. Sur le plan qualitatif, l’altération des gènes impliqués dans le remodelage de la chromatine et la méthylation des histones tels que MEN1, PSIP1 ou ARID1A est un évènement fréquent dans les carcinoïdes (107), alors que les altérations intéressant P53 ou RB1 sont surtout retrouvées dans les CPC et celles de STK11/KEAP1/KRAS dans certains CNEGC (33,108). Il semble également que les CA constituent un groupe hybride, avec certains sous-groupes présentant des altérations similaires à celles observées dans les CNEGC (17). Enfin, pour ce qui concerne les cibles activables, à notre connaissance aucune mutation activatrice d’EGFR n’a été décrite dans les carcinoïdes.

Enfin, plusieurs cas de tumeurs carcinoïdes pulmonaires ayant la morphologie de tumeurs carcinoïdes mais de plus mauvais pronostic ont été décrits. Bien qu’ayant un aspect morphologique de carcinoïdes, ces tumeurs partagent des anomalies moléculaires communes avec les CNEGC (109). Ce sous-groupe a été nommé « supra-carcinoïde » par certains auteurs et pourrait se rapprocher du groupe des TNE digestives de grade 3. Il n’est néanmoins pas reconnu dans la dernière classification OMS 2021 des NNE pulmonaires (110). Rubino et al (111) ont étudié l’évolution de patients porteurs de tumeurs avec une morphologie de carcinoïde mais avec un Ki67>20% et/ou un index mitotique >10/2mm². Ce groupe représente 6% des tumeurs carcinoïdes bronchiques dans leur série rétrospective française bicentrique de 514 patients. Leur pronostic semble bien plus défavorable que les autres carcinoïdes, mais peut-être meilleur que le CNEGC. Leur réponse aux traitements systémiques semblerait plus proche de celles des tumeurs carcinoïdes (meilleure réponse aux analogues de la somatostatine, à l’évérolimus et à la radiothérapie interne vectorisée) que celle des CNEGC, avec une inefficacité de l’association sels de platine-étoposide.

Voir le référentiel

 

Références

1. Organisation mondiale de la santé, Centre international de recherche sur le cancer, éditeurs. Thoracic tumours. 5th ed. Lyon: International agency for research on cancer; 2021. (World health organization classification of tumours).

11. Pelosi G, Sonzogni A, Harari S, Albini A, Bresaola E, Marchiò C, et al. Classification of pulmonary neuroendocrine tumors: new insights. Transl Lung Cancer Res. oct 2017;6(5):513‑29.

17. Simbolo M, Barbi S, Fassan M, Mafficini A, Ali G, Vicentini C, et al. Gene Expression Profiling of Lung Atypical Carcinoids and Large Cell Neuroendocrine Carcinomas Identifies Three Transcriptomic Subtypes with Specific Genomic Alterations. J Thorac Oncol Off Publ Int Assoc Study Lung Cancer. sept 2019;14(9):1651‑61.

33. Rekhtman N, Pietanza MC, Hellmann MD, Naidoo J, Arora A, Won H, et al. Next-Generation Sequencing of Pulmonary Large Cell Neuroendocrine Carcinoma Reveals Small Cell Carcinoma-like and Non-Small Cell Carcinoma-like Subsets. Clin Cancer Res Off J Am Assoc Cancer Res. 15 juill 2016;22(14):3618‑29.

99. Travis WD, Brambilla E, Burke AP, Marx A, Nicholson AG. Introduction to The 2015 World Health Organization Classification of Tumors of the Lung, Pleura, Thymus, and Heart. J Thorac Oncol Off Publ Int Assoc Study Lung Cancer. sept 2015;10(9):1240‑2.

100. Vesterinen T, Kuopio T, Ahtiainen M, Knuuttila A, Mustonen H, Salmenkivi K, et al. PD-1 and PD-L1 expression in pulmonary carcinoid tumors and their association to tumor spread. Endocr Connect. 1 août 2019;8(8):1168‑75.

101. Altinay S, Metovic J, Massa F, Gatti G, Cassoni P, Scagliotti GV, et al. Spread through air spaces (STAS) is a predictor of poor outcome in atypical carcinoids of the lung. Virchows Arch Int J Pathol. sept 2019;475(3):325‑34.

102. Aly RG, Rekhtman N, Li X, Takahashi Y, Eguchi T, Tan KS, et al. Spread Through Air Spaces (STAS) Is Prognostic in Atypical Carcinoid, Large Cell Neuroendocrine Carcinoma, and Small Cell Carcinoma of the Lung. J Thorac Oncol Off Publ Int Assoc Study Lung Cancer. sept 2019;14(9):1583‑93.

103. Papaxoinis G, Nonaka D, O’Brien C, Sanderson B, Krysiak P, Mansoor W. Prognostic Significance of CD44 and Orthopedia Homeobox Protein (OTP) Expression in Pulmonary Carcinoid Tumours. Endocr Pathol. mars 2017;28(1):60‑70.

104. Pelosi G, Fabbri A, Cossa M, Sonzogni A, Valeri B, Righi L, et al. What clinicians are asking pathologists when dealing with lung neuroendocrine neoplasms? Semin Diagn Pathol. nov 2015;32(6):469‑79.

105. Walter T, van Brakel B, Vercherat C, Hervieu V, Forestier J, Chayvialle J-A, et al. O6-Methylguanine-DNA methyltransferase status in neuroendocrine tumours: prognostic relevance and association with response to alkylating agents. Br J Cancer. 3 févr 2015;112(3):523‑31.

106. Derks JL, Leblay N, Lantuejoul S, Dingemans A-MC, Speel E-JM, Fernandez-Cuesta L. New Insights into the Molecular Characteristics of Pulmonary Carcinoids and Large Cell Neuroendocrine Carcinomas, and the Impact on Their Clinical Management. J Thorac Oncol Off Publ Int Assoc Study Lung Cancer. juin 2018;13(6):752‑66.

107. Fernandez-Cuesta L, Peifer M, Lu X, Sun R, Ozretić L, Seidal D, et al. Frequent mutations in chromatin-remodelling genes in pulmonary carcinoids. Nat Commun. 27 mars 2014;5:3518.

108. Simbolo M, Mafficini A, Sikora KO, Fassan M, Barbi S, Corbo V, et al. Lung neuroendocrine tumours: deep sequencing of the four World Health Organization histotypes reveals chromatin-remodelling genes as major players and a prognostic role for TERT, RB1, MEN1 and KMT2D. J Pathol. 2017;241(4):488‑500.

109. Alcala N, Leblay N, Gabriel A a. G, Mangiante L, Hervas D, Giffon T, et al. Integrative and comparative genomic analyses identify clinically relevant pulmonary carcinoid groups and unveil the supra-carcinoids. Nat Commun. 20 2019;10(1):3407.

110. Quinn AM, Chaturvedi A, Nonaka D. High-grade Neuroendocrine Carcinoma of the Lung With Carcinoid Morphology: A Study of 12 Cases. Am J Surg Pathol. févr 2017;41(2):263‑70.

111. Rubino M, Scoazec JY, Pisa E, Faron M, Spaggiari L, Hadoux J, et al. Lung carcinoids with high proliferative activity: Further support for the identification of a new tumor category in the classification of lung neuroendocrine neoplasms. Lung Cancer Amst Neth. oct 2020;148:149‑58.