Prévention des nausées et vomissements induits par la chimiothérapie
Anti-émétiques

Les antagonistes des récepteurs à la sérotonine de type 3 (anti‐5‐HT3) ou sétrons

Effets secondaires les plus fréquents : céphalées, constipation et élévation transitoire des transaminases. Les sétrons sont déconseillés en association avec certains Inhibiteurs des Tyrosines Kinases en raison d’un risque d’allongement du QT.


Les corticoïdes

Bien que leur efficacité soit démontrée depuis longtemps, leur mode d’action reste mal connu.

La molécule la plus étudiée, dans la littérature, est la dexaméthasone.

De plus, il n’y a pas de preuve clinique justifiant le retrait de la corticothérapie lorsqu’une molécule d’immunothérapie est utilisée en combinaison à la chimiothérapie (16).


Les antagonistes des récepteurs aux neurokinines de type 1 (Anti NK1)

L’aprépitant (Emend®) par voie orale est la seule molécule de cette classe disponible en France. Associé aux autres anti-émétiques, il améliore significativement le contrôle des NVCI en phase aiguë et retardée notamment pour les chimiothérapies hautement émétisante (18).


Formes combinées (Anti‐NK1 + 5HT3)

Le NEPA (association fixe orale de nétupitant 300 mg et palonosetron 0.5 mg), s’administre 1 heure avant la chimiothérapie par cisplatine au J1 uniquement. L’efficacité de cette molécule combinée à la dexaméthasone est non-inférieure au triplet habituel (aprépitant + granisetron + dexaméthasone) (20,21).

Une étude coût-efficacité comparant l’aprépitant + granisétron versus le NEPA est en faveur du NEPA (22).


Les antagonistes des récepteurs à la dopamine 2 (Anti D2)

Il s’agit de la classe médicamenteuse la plus anciennement utilisée mais également celle avec l’index thérapeutique le plus faible.

Les molécules disponibles sont le métoclopramide, la metopimazine et l’alizapride.


L’olanzapine (Zyprexa®)

C’est un antipsychotique qui dispose d’un effet inhibiteur sur plusieurs récepteurs de neurotransmetteurs.
Elle peut être utilisée dans la prévention et le traitement des NVCI aiguës et retardées.


Les autres anti‐émétiques
  • Cannabinoïdes
  • Lorazepam

 

Voir le référentiel

 

Référence

16. Hesketh PJ, Kris MG, Basch E, Bohlke K, Barbour SY, Clark-Snow RA, et al. Antiemetics: ASCO Guideline Update. J Clin Oncol. 2020 Aug 20;38(24):2782–97.

18. Saito H, Yoshizawa H, Yoshimori K, Katakami N, Katsumata N, Kawahara M, et al. Efficacy and safety of single-dose fosaprepitant in the prevention of chemotherapy-induced nausea and vomiting in patients receiving high-dose cisplatin: a multicentre, randomised, double-blind, placebo-controlled phase 3 trial. Ann Oncol. 2013 Apr;24(4):1067–73.

20. Zhang L, Lu S, Feng J, Dechaphunkul A, Chang J, Wang D, et al. A Randomized Phase 3 Study Evaluating the Efficacy of Single-dose NEPA, a Fixed Antiemetic Combination of Netupitant and Palonosetron, Versus an Aprepitant Regimen for Prevention of Chemotherapy-induced Nausea and Vomiting (CINV) in Patients Receiving Highly Emetogenic Chemotherapy (HEC). Ann Oncol. 2017 Oct 28;

21. Ito Y, Tsuda T, Minatogawa H, Kano S, Sakamaki K, Ando M, et al. Placebo-Controlled, Double-Blinded Phase III Study Comparing Dexamethasone on Day 1 With Dexamethasone on Days 1 to 3 With Combined Neurokinin-1 Receptor Antagonist and Palonosetron in High-Emetogenic Chemotherapy. Journal of Clinical Oncology. 2018 Apr;36(10):1000–6.

22. Botteman M, Nickel K, Corman S, Turini M, Binder G. Cost-effectiveness of a fixed combination of netupitant and palonosetron (NEPA) relative to aprepitant plus granisetron (APR + GRAN) for prophylaxis of chemotherapy-induced nausea and vomiting (CINV): a trial-based analysis. Support Care Cancer. 2020 Feb;28(2):857–66.