Gestion des nodules thoraciques
Nodules en verre dépolis et mixtes : algorithme

Le premier scanner de contrôle est systématique avant tout autre exploration afin de s’assurer de la persistance du nodule non solide (disparition constatée dans près de 50% des cas). Une antibiothérapie probabiliste peut être discutée (option) pour les nodules en verre dépolis pur ≥6 mm et/ou avec composante solide, avant le premier scanner de contrôle bien que cette stratégie ne soit plus recommandée par la Fleischner Society (17).

Les nodules en verre dépolis et mixtes nécessitent un suivi prolongé lorsqu’ils sont stables en taille et densité. Un suivi d’au moins 5 ans parait souhaitable, particulièrement en cas d’âge > 65 ans, d’ATCD de cancer, de taille initiale ≥8mm, de présence d’un composant solide ou d’un bronchogramme aérien (18).

De même, l’analyse volumique des nodules en verre dépoli est peu performante.

Il est rappelé que le TEP-scanner est peu performant pour la caractérisation des nodules en verre-dépolis purs (17). Inversement, le TEP-scanner doit être considéré en cas de nodule de plus de 10mm avec composant solide à titre pré-opératoire.

 

Proposition d’algorithme décisionnel pour les nodules en verre dépolis et les nodules mixtes

*Le caractère pur et unique doit être affirmé sur un scanner en coupes fines avec coupes orthogonales (1mm)
§ En cas de nodules multiples: la conduite à tenir est déterminée par le(s) plus suspect(s).
¤ Dans certains cas de nodules suspects, un suivi à 2 et 4 ans peut être considéré. Si un composant solide apparaît ou si la lésion augmente, il faut alors considérer la résection.

Voir le référentiel

 

Références

17. Naidich DP, Bankier AA, MacMahon H, Schaefer-Prokop CM, Pistolesi M, Goo JM, et al. Recommendations for the management of subsolid pulmonary nodules detected at CT: a statement from the Fleischner Society. Radiology. 2013 Jan;266(1):304–17.

18. Cho J, Kim ES, Kim SJ, Lee YJ, Park JS, Cho Y-J, et al. Long-Term Follow-up of Small Pulmonary Ground-Glass Nodules Stable for 3 Years: Implications of the Proper Follow-up Period and Risk Factors for Subsequent Growth. J Thorac Oncol. 2016 Sep;11(9):1453–9.